Est ce que la transsexualité est une maladie ?

Il y a encore peu de temps, la transsexualité était assimilée à l’homosexualité, elle-même longtemps considérée comme une perversion ou encore confondue avec le travestisme. Pourtant le transsexualisme s’en différencie fondamentalement. La démarche du transsexuel se place sur le plan de l’identité de genre (c’est à dire le sentiment d’appartenir à un sexe donné) à savoir qu’il revendique l’identité contraire à son sexe anatomique. Quand à l’homosexuel et au travesti, leur anatomie est en harmonie avec leur identité. En résumé, la transsexualité n’est pas une forme de sexualité.

Pour la sous-commission des droits de l’homme de l’ONU, Les transsexuels font partie des minorités sexuelles tout comme les homosexuels. La transsexualité est actuellement classée par l’OMS parmi les maladies mentales sous le n°305-2 dans la catégorie ” déviations et désordres sexuels “. Elle est donc considérée comme une ” maladie “. Si les transsexuels admettent cette nomenclature, que rien ne justifie, c’est afin d’accéder aux traitements médicaux nécessaires. De toutes les théories proposées sur le sujet aucune ne paraît jusqu’à ce jour assez satisfaisante pour expliquer ce qui demeure une énigme. Problème psychologique, génétique, hormonal, la question reste posée.

Outre-Atlantique, certains médecins, juristes et activistes perçoivent le transsexualisme comme un état inhérent à la personne, et appellent à une démédicalisation du problème, alors qu’Europe, il est perçu comme un syndrome relevant de ce fait d’un traitement chirurgical.

En définitif, peut-on parler de maladie ? Aucune anomalie n’a été constatée au niveau chromosomique, gonadique ou hormonal. Bien que de récentes recherches aient apporté un nouveau regard sur la question. Une maladie mentale ? Certaines théories développées par des psychanalystes ont présenté les transsexuels comme des pervers, des psychotiques ou des délirants, mais ont vite été balayées devant leur manque de rigueur scientifique. D’ailleurs, les personnes transsexuelles ont une vie sociale, professionnelle et des activités intellectuelles comme tout un chacun.
Ce qui est certain c’est que le transsexuel vit la discordance dont il est victime comme un véritable handicap physique.

For more information about human rights campaign and gay marriage facts . Click here!